Vous êtes ici
Accueil > Pour la petite histoire > 30 Photos de Strasbourg sous les bombardements (1943-1944)

30 Photos de Strasbourg sous les bombardements (1943-1944)

Strasbourg deuxième guerre mondiale WW2 bombardements alliés Alsace

30 Photos de Strasbourg sous les bombardements (1943-1944)


La ville de Strasbourg a été bombardée 3 fois durant la seconde guerre mondiale.
Le premier a eu lieu le 6 septembre 1943, aux alentours de 11 heures, quand les Forteresses volantes américaines (B-17) arrivent dans le ciel strasbourgeois. Les habitants ne s’attendent pas à être la cible de ces appareils. En effet, depuis le début de la guerre la capitale alsacienne avait été épargnée par les bombardements alliés.
Cette fois-ci, alors que les bombardiers américains revenaient d’une opération contre l’usine Bosch de Stuttgart, ce sont près de 600 bombes qui sont larguées en moins de deux minutes touchant notamment de plein fouet le Neudorf. Le Scala, cinéma à l’époque, aujourd’hui théâtre, servit de chapelle ardente pour accueillir les victimes. De nombreuses habitations sont fracassées et éventrées par les explosions qui se succèdent sous les sirènes d’alarmes et avec une violence inouïe. Partout le sol et les murs tremblent et se fissurent.
Les 2 autres bombardements ont lieu le 11 août et le 25 septembre 1944. Plusieurs édifices sont touchés comme la Cathédrale, le palais Rohan, l’ancienne douane ou l’église Saint-Étienne. Le Neudorf et la Meinau sont également assez endommagés.
Un ouvrage paraît à l’occasion de ce 70e anniversaire chez La Nuée Bleue. Il est signé Richard Seiler et dresse le bilan des destructions et des morts de la capitale alsacienne liés aux bombardements alliés. L’auteur a recensé 1035 morts et estime que sur toute la durée de la guerre 20 % de la ville ont été dévastées par 5 797 bombes qui ont atteint 13 982 maisons ou immeubles.

Témoignages :

Pierre S. de Hoerdt, Rue des Grandes Arcades ancien magazin Wéry
« Durant l’été 1944, j’étais apprenti horloger dans la bijouterie Riss, rue des Grandes Arcades à Strasbourg. Le 11 août dans l’après midi, suite à l’alerte, tous les employés et la direction, nous sommes descendus dans la cave. Au bout d’un moment, la bombe a explosé au premier étage de l’immeuble voisin chez Wéry.
Après avoir repris nos esprits et voyant que nous étions tous sain et sauf, nous sommes remontés. Il a fallu dégager les gravats qui obstruaient la trappe d’escalier. La poussière était telle qu’on ne voyait absolument rien, à tel point que, me dirigeant vers la rue, je me suis heurté à quelque chose de jaune. J’étais au milieu de la rue des Grandes Arcades et devant moi était le tramway. Après dissipation de la poussière, en faisant un tour d’horizon, tout avait l’air normal à l’horizon. Et c’est seulement au bout d’un moment que le Schwowelade qui avait l’air intact s’est mis à flamber depuis le premier étage jusqu’à la toiture d’un seul coup. Les flammes sortaient de toutes les fenêtres et enflammaient même les fenêtres de l’autre côté de la rue des Hallebardes. Les pompiers qui étaient sans eau par manque de pression essayaient avec des pierres de rabattre les volets des maisons, sans succès. Au bout d’une bonne heure, ils ont réussi à dérouler des tuyaux pour pomper l’eau dans l’Ill, près du pont du Corbeau.
Après ses évènements tragiques, il me fallait encore rentrer chez moi à Bischwiller. Pas de train. J’ai pris le tramway jusqu’à Hœnheim, puis j’ai marché avec ma blouse blanche sous le bras, tous nos effets vestimentaires étaient restés sous 3 à 4 mètres de gravats ».

Le 25 septembre 1944, à 11 h 30, un tapis de bombes s’abattait sur Lingolsheim faisant plus de 70 victimes.
Le ciel était très bas. La sirène d’alarme venait de retentir quand les premières bombes meurtrières ont atteint la ville.
Les habitants n’ont pas eu le temps de se rendre aux abris. Une grande partie du centre ville fut détruite. La rue des Juifs, la rue du Château, la rue du Maréchal-Foch Beaucoup se souviennent encore du tramway stoppé dans sa course par une bombe. Une trentaine de Strasbourgeoises et plus de 40 Lingolsheimois perdirent la vie.
Un membre de la défense passive, chargé de déblayer les décombres en cas de bombardement, se souvient. « Nous avions 16 ans. Nous avons dû ramasser les corps sans vie de nombreuses Strasbourgeoises venues creuser des tranchées antichars du côté de l’actuel stade Joffre-Lefebvre. » Mais il y eu aussi des moments de joie, comme cette jeune femme retrouvée vivante sous les décombres de sa maison ».
(Source : 67400.free.fr)

Crédits photos : Archives de Strasbourg

Épisode 1 : 30 Photos de Strasbourg, ville fantôme pendant la drôle de guerre (1939-1940)
Épisode 2 : 30 Photos de Strasbourg pendant l’Occupation nazie (1940-1944)
Épisode 3 : 30 Photos de Strasbourg sous les bombardements (1943-1944)
Épisode 4 : 30 Photos de la libération de Strasbourg pendant la seconde guerre mondiale (1944)


Faites découvrir cet article à votre entourage ! :

Cyril
Cyril
Amoureux de Strasbourg et épicurien convaincu. Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin.
http://kuriocity.fr

6 thoughts on “30 Photos de Strasbourg sous les bombardements (1943-1944)

  1. Très intéressant!!!!!
    Pour la première fois un résumé de cette guerre qu’on a pas connu. Des atrocités qui débouchent maintenant sur une entente cordiale entre nos deux pays.
    Oui il est bon de savoir ce qui s’est passé pour ne plus commettre ces erreurs qui ont frappé la France comme l’Allemagne!!!

    1. De quelles erreurs parlez-vous ? Vous semblez ne pas savoir que cette guerre a été financée par wall-street avec l’accord secret des Britanniques qui ont accepté la reconstruction d’une marine de guerre nazie à hauteur de 30% de leurs capacités. C’est encore aujourd’hui l’action de la finance a wall-street qui génère les conflits du monde. C’est vraiment par erreur ?

  2. Realmente son unas fotos fantásticas, y esta es la razón de que volveré a viajar a Strasbourg para el año 2019. También me enteré de que Tesla ese gran científico, estuvo muy involucrado con esa hermosa ciudad en el ámbito eléctrico.
    Felicito a toda la gente de Strasbourg, por tener una ciudad llena de historia y llena de maravillas. Gracias.

  3. Vraiment dommage que vous n’ayez pris la peine de mentionner les sources des photos et les noms des photographes. Ce qui permettrait réellement de partager l’Histoire

  4. 1000 victimes. En Irak, on a commencé à appeler cela « a friendly shot », mais c’est un classique dans l’histoire militaire US. Ne pas prendre de risque, bombarder au jugé, tant pis pour les civils. J’oubliais: en appuyant sur le bouton, le pilote disait: Here goes the cookies …

Laisser un commentaire

Top