Vous êtes ici
Accueil > Pour la petite histoire > Les stations de tram Strasbourgeois #1 : La place de l’Homme de Fer

Les stations de tram Strasbourgeois #1 : La place de l’Homme de Fer

Les stations de tram Strasbourgeois #1 : La place de l’Homme de Fer


Si on interrogeait un Strasbourgeois au hasard dans la rue et qu’on lui demandait :  » A votre avis, quel est le groupe de rock le plus connu ?  » Il répondrait certainement : »les Beatles ». Si on continuait en lui demandant une peinture connue, la première qui lui viendrait à l’esprit serait probablement :  » la Joconde  » ou peut-être un Picasso. Enfin, s’il lui fallait nommer un arrêt de tram, notre Strasbourgeois répondrait certainement sans hésiter : « Homme de fer ».

C’est donc par le plus connu des arrêts de tram, et le cœur du réseau strasbourgeois que nous allons commencer notre série sur l’environnement et l’histoire des stations du tram strasbourgeois, dont on fête les 25 ans le 25 novembre.

Commençons tout de suite par expliquer la source de ce nom si simple :

Cette place du centre-ville de Strasbourg a pris ce nom-là car à l’emplacement de la pharmacie qui fait l’angle avec la rue Mercière aujourd’hui, il y avait, au XVIIIe siècle, un maître d’armes qui avait comme enseigne une armure d’inspiration moyenâgeuse qu’il avait accroché en haut de sa façade. Le maître d’armes et sa boutique ont aujourd’hui disparu, mais son « homme de fer » est toujours là (l’original se trouve au Musée historique de la ville de Strasbourg). Pour le trouver, il suffit de regarder au-dessus de la pharmacie qui fait l’angle de la place, à côté de la croix verte.


L’homme de fer dans son milieu naturel. Crédit : Laurène Jacob


Gros plan sur le chevalier du centre-ville de Strasbourg. Crédit : Laurène Jacob.

L’histoire de la place, de l’empire romain à Roland Ries
Mais cet endroit ne s’est pas toujours appelé « Place de l’Homme- de fer ». D’après les fouilles qui se sont déroulées avant la construction de la station de tram, les plus anciennes traces (des poteries entre autres) de peuplement sur le site remontent à 10 000 av. J-C environ, certainement car il y avait là un ancien cours d’eau. Mais on peut imaginer que nos ancêtres se sont installés là à cause d’une abondance de 20 Minutes et de Direct Matin qui fournissaient du combustible gratuit pour se chauffer !
Après un camp primitif c’est dans ce quartier que s’installèrent les premiers peuplements pour commercer avec le grand camp militaire romain situé entre le lycée Saint-Étienne et la cathédrale, camp qui est d’ailleurs à l’origine de la création de notre ville.


La Place de l’Homme de fer en 1765 encadrée en rouge, avec le Pont du Hibou et le Fossé des Tanneurs. La Place Kléber est la grande place avec les arbres. Source : Archi-wiki

L’ancien cours d’eau qui traversait la ville à cet endroit, s’est peu à peu transformé en une sorte d’égout à ciel ouvert que l’on nomma « Fossé des Tanneurs » à partir du XIIIe siècle. Il fut comblé entre 1840 et 1842 pour des raisons de salubrité publique.
Lorsque la place de l’Homme-de-fer a été transformée pour accueillir le tram, la ville de Strasbourg en a profité pour ajouter 230 places au parking Kléber (inauguré en 1968) . Il a fallu creuser profondément dans le sol et de nombreux vestiges du passé strasbourgeois ont été a cette ocasion mis à jour, dont ceux de ce fossé. Mais c’est surtout les vestiges du plus ancien pont de pierre de Strasbourg qui se nommait « Pont du Hibou » qui doivent retenir votre attention. Préservé par la terre, voici à quoi il ressemblait :


Le Pont du Hibou qui recouvre le Fossé des Tanneurs. Source : Archi-wiki photo de 1993


Le Fossé des Tanneurs et ses fondations sur pilotis. Source « Le tram de Strasbourg ». Édition : La Nuée Bleue

Durant tout le Moyen-âge et jusqu’au XXe siècle, la place de l’Homme de fer était plus petite qu’aujourd’hui. Elle était déjà très animée car proche de la porte nord de la ville. C’était une petite place, avec une forme très différente d’aujourd’hui, puisque qu’elle se rapprochait plus d’un Y avec un îlot central, que du carré contemporain. On peut s’en faire une idée sur cette photo de 1907 :


On peut voir l’homme de fer sur la droite de la photo. Source : Archi-wiki

A votre avis, quel événement dramatique a bien pu changer la morphologie de cette place ? Eh bien, comme très souvent en Europe, la réponse est : « La Seconde Guerre mondiale ». En effet, un bombardement américain qui avait pour but la destruction d’usines de la plaine des Bouchers, a raté sa cible en août 1944 et a complètement détruit la place de l’Homme de fer. Elle fut entièrement réorganisée et reconstruite durant les années 1950. Comme on le voit sur ce dessin d’architecte, avant/après :


Dessin De M. Fleischmann. Source: Charle-Gustave Stospkof Architecte. Édition : Presses universitaire de Rennes

C’est grâce aux fonds importants prévus pour les réparations de guerre, que la place prendra le visage que les Strasbourgeois lui connaissent aujourd’hui. Et en ce sens, elle fait figure d’exception à Strasbourg car son architecture des années 1940-50, mis à part la façade de l’immeuble de la pharmacie, est plutôt homogène car tous les bâtiments sont d’après-guerre.
Cette place, si utilisée par les Strasbourgeois car elle abrite le noeud du réseau de tram de la ville, je la considère pourtant comme une des plus laides de Strasbourg. Pourtant, elle recèle d’immeubles qui symbolisent l’après guerre, comme la tour Valentin Sorg par exemple. Haute de 78 mètres, elle fut bâtie par Gustave Stoskopf, un architecte alsacien qui a également conçu entre autres : le quartier de l’Esplanade et la Cité du Quai des Belges à Strasbourg. Et il y a cet immeuble/pont bâti au-dessus de la rue du Fossé- des -Tanneurs, qui a un design tellement années 1960 / Trente glorieuses. On n’en fait plus des comme ça de nos jours…

Le nouveau tram entre dans la place
En 1994, plus précisément le 25 novembre, la ligne A, la première ligne de tram du réseau strasbourgeois, est mise en service. La place de l’Homme de fer est complètement réaménagée : on y installe la rotonde de verre qui surplombe les quais, devenue avec le temps un des symboles de la capitale alsacienne, car en plus d’être le cœur du réseau de transports, c’est aussi là où se concentrent les rassemblements spontannées de personnes les soirs de victoires sportives.


La place de l’homme de fer en 1994 vue depuis la tour Valentin Sorg. Crédit : le tram de Strasbourg édition la nuée Bleue
Mais même avec cette rotonde de verre et la récente rénovation du magasin Printemps, la place de l’Homme de fer et ses 2 arrêts de tram, reste un des endroits les moins jolis de Strasbourg. Il y faut le dire : on y passe plus par nécessité que par envie. C’est d’ailleurs souvent le cas des stations les plus utilisées. Regardez la station du quartier des halles à paris, c’est aussi un des quartiers les plus laids de la capitale française et pourtant le plus fréquenté. En tout cas une chose est sûre, si vous avez lu l’article jusqu’ici, vous verrez certainement cette place d’un autre œil la prochaine fois que vous y passerez.


Découvrir d’autres secrets sur Strasbourg

Faites découvrir cet article à votre entourage ! :

2 thoughts on “Les stations de tram Strasbourgeois #1 : La place de l’Homme de Fer

  1. c’est toujours un regal de lire les articles traitant de stations de tram de strasbourg que de travail en amont pour nous permettre de découvrir l’histoire de strasbourg B RA V O

Laisser un commentaire

Top