Newsletter

Le meilleur de Strasbourg rien que pour vous !

Brève histoire de la Citadelle de Strasbourg

Brève histoire de la Citadelle de Strasbourg


Aujourd’hui on s’y ballade et on y prend l’apéro par beau temps. Le parc de la Citadelle!
N’en restent aujourd’hui, seulement quelques murs. Mais avant la guerre franco-prussienne de 1870, ces petits murets ne représentaient en fait qu’une minime partie de la citadelle. Cette dernière, faisant elle-même partie de l’enceinte qui entourait à l’époque l’ensemble de la ville!

Lorsque Strasbourg est annexée par la France le 30 septembre 1681, très peu de temps s’écoule avant que ne soient étudiées les fortifications que l’on pourrait y ajouter.
En effet, Strasbourg constituait un endroit stratégiquement important pour la défense du Rhin.

La construction

Trois mille hommes seront employés pour la construction, qui s’étendra de 1681 à 1685. Et s’il vous est déjà arrivé de vous balader le long du canal de la Bruche, sachez que ce dernier avait été creusé pour les travaux!

En parallèle, mille hommes bâtissent la forteresse de Kehl (détruite en 1815 par le Grand-Duc de Bade Charles II après la défaite napoléonienne).
La citadelle comprenait deux portes (si vous allez au parc de la Citadelle, vous verrez d’ailleurs l’une d’entre elles).

La porte restante de la citadelle

3615 Vauban

Une fois n’est pas coutume, on confie l’étude de ces fortifications à Vauban (cette fois-ci épaulé par François Michel Le Tellier de Louvois).

Et une fois de plus, Vauban propose d’utiliser des « bastions à orillons » (favoris de Vauban, les fameuses citadelles en forme d’étoile). En particulier, ces bastions suppriment les angles morts et permettent ainsi une meilleure défense. Ce genre de construction a également fait ses preuves à Belfort et Besançon.

Après la guerre franco-prussienne

Comme indiqué plus haut, la citadelle est partiellement détruite pendant les bombardements du siège de Strasbourg (du 16 août au 28 septembre 1870).

Strasbourg pas en forme, après les bombardements prussiens

Concernant les parties qui ont survécu aux bombardements, certaines sont volontairement détruites dans le cadre de l’urbanisation de la ville, et ce dès 1896.
La forteresse de Kehl sera également entièrement détruite (elle se trouvait à la place de l’actuelle Villa Schmidt).

Une autre citadelle en Alsace

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à vous rendre à Neuf-Brisach, où la citadelle reste intacte!


Avatar

Julien

Rédacteur du 29 février

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *