Newsletter

Le meilleur de Strasbourg rien que pour vous !

L’évolution des fortifications et remparts de Strasbourg

L’évolution des fortifications et remparts de Strasbourg


Dans la lignée de notre article sur la Citadelle de Strasbourg, parlons à présent des fortifications de la ville.

Strasbourg, de par son emplacement sur le Rhin et l’Ill, a été depuis longtemps convoitée par ses visiteurs.

De lointaines origines

Pour rappel (cf notre article sur les origines de Strasbourg), les romains bâtissent en 12 av. JC un camp militaire sur la Grande-Ile. Ils nommeront le lieu Argentoratum. Une trentaine d’années plus tard, la ville devient un carrefour commercial et la population estimée avoisinerait déjà les 10 000!

camp Argentorate
Le camp romain dans la ville actuelle (©alsatiae)

Durant les siècles qui suivent, la population reste relativement constante, entre 20 000 et 30 000 habitants.
Les romains installent successivement trois enceintes différentes.
La première, lorsque les militaires s’installent, était faite de bois et de terre. Cette dernière mesurait environ 4,5m de large et 3,5m de haut, entourée d’un fossé.
Durant le IIe siècle, cette installation de fortune est fortifiée avec des remparts en pierre calcaire, cette fois-ci avec des bords saillants.
Un troisième et dernier rempart sera ajouté durant la fin du IIIe siècle. Celui-ci sera construit en … grès rose bien entendu ! Le long de ce rempart seront installées de nombreuses tours de défense, de 4 à 7m de diamètre.
Des vestiges de ce rempart subsistent et peuvent être aperçus notamment place du Temple-Neuf, intégrés dans les murs de certains immeubles. Si vous habitez au 47-49 rue des Grandes Arcades, la pile de briques dans votre cave est une tour de cette époque-là!

tour rue des Grandes Arcades
Tour du IIIe siècle au 47-49 rue des Grandes Arcades (photo de Fabien Romary)

Les Huns, guidés par Attila, détruisent la ville en 451.

Changement de propriétaire

La Grande-Ile est à nouveau colonisée en 496 par les Francs et devient Strateburgum.
Au VIIIe siècle, la ville est peuplée par seulement 1500 âmes (pendant les 5 siècles à venir, la population restera concentrée dans la Grande-Ile).

Nouvelles fortifications

Vers 1100, une nouvelle enceinte fortifiée voit le jour. D’autres remparts seront ajoutés dans les années 1200.
Les trois tours actuelles des Ponts Couverts (à l’époque il en existait 27) sont construites vers 1250.

Les trois tours des Ponts Couverts
Les trois tours des Ponts Couverts (photo de Aloïs Peiffer)

Une partie du mur existe encore aujourd’hui, place Sainte-Madeleine !

Mur d’enceinte place Sainte-Madeleine (photo de Ji-Elle)

Pour accéder à la ville, huit portes étaient installées: les portes Saint-Étienne, des Juifs, de Pierre, de Spire, de la Douane, Sainte-Catherine, de l’Hôpital et des Bouchers (hélas aujourd’hui, il n’en reste qu’une, la Porte de l’Hôpital).

La Porte de l'Hôpital
La Porte de l’Hôpital (photo de Ji-Elle)

Le changement, c’est Vauban !

Ou presque.
De nombreuses modifications ont lieu au fil des siècles, et les crédits pour les plus célèbres d’entre elles reviennent à Vauban. Pourtant, c’est Daniel Specklin qui propose de construire des bastions étoilés le long de l’enceinte, en 1585.
Vauban ajoutera surtout une citadelle à la ville, achevée en 1685. On lui doit aussi le barrage Vauban, construit devant les Ponts Couverts, à ce moment-là obsolètes pour la défense de la ville.

Le barrage Vauban
Le barrage Vauban (© Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons)
L'enceinte complétée par Vauban
L’enceinte complétée par Vauban
Une représentation de Strasbourg en 1644
Une représentation de Strasbourg en 1644 (image de Jonathan M)

Soyez curieux !

Pour aller plus loin, allez donc voir le plan relief de Strasbourg de 1725 au musée historique!
(Il existe également celui de 1836 qui était un temps disponible aux Invalides à Paris, mais est actuellement en réserve)

Plan relief de Strasbourg, de 1727 (photo de M Bernhart)
Plan relief de Strasbourg, de 1727 (photo de M Bernhart)

 


Avatar

Julien

Rédacteur du 29 février

2 thoughts on “L’évolution des fortifications et remparts de Strasbourg

  1. en ce qui concerne le plan relief de 1836 il était présenté au grand palais lors de la superbe exposition des plans reliefs il était la principale « ‘ attraction « ‘ quel bon souvenir, malheureusement aujourd’hui dans la pénombre des réserves !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *